Le CEA Marcoule  
  Pôles d'excellence  
  Vie scientifique  
  Partenariats industriels  
  Sécurité Environnement  
Gestion des Marchés  
Emplois et Carrière  



Stratégie de démantèlement... dans la logique du cycle
 Des réussites passées, gages de ses succès futurs

Deux centres CEA représentatifs d'un nucléaire responsable, sachant gérer son passé par l'avancement exemplaire des programmes d'assainissement-démantèlement de ses anciennes installations nucléaires pour évoluer vers une ère nouvelle, ont été présentés au cours d'un voyage de presse les 25 et 26 octobre 2006.

Dans la perspective du développement international de ce type de marché, il s'agit d'un enjeu majeur afin de garantir et démontrer, par la réhabilitation de ses sites les plus anciens, la capacité du nucléaire à maîtriser tout l'ensemble du cycle de vie des installations de la 1ère génération initié dans les années 1950-1960 (depuis la construction, mise en service, exploitation, cessation définitive d'exploitation, mise à l'arrêt définitif, jusqu'au démantèlement), en même temps qu'il perfectionne le cycle de la 2nde, oeuvre activement au démarrage de celui de la 3ème et prépare déjà l'avènement de la 4ème génération.

  • le centre de Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine), est le premier site en France à faire l'objet  d'un programme global d'assainissement et de démantèlement de ses installations en fin de vie.
    Le centre de Fontenay-aux-Roses, qui conduit et renforce ses recherches en
    sciences du vivant, a vocation  à devenir un pôle de recherche et d'innovation pour l'imagerie et les technologies biomédicales, de dimension européenne et internationale. 
  • le centre de Marcoule (Gard), où le CEA est maître d'ouvrage du plus grand chantier d'assainissement et de démantèlement "pilote" du monde, évolue d'un site industriel en fin de vie vers un centre de recherche scientifique d'envergure internationale sur l'aval du cycle du combustible des réacteurs nucléaires de demain. La reprise de la responsabilité complète du site par le CEA, la création d'un institut de recherche fondamentale en chimie en constituent les premières étapes.

Le site de Marcoule a été créé dans la continuité du premier plan quinquennal de développement de l'énergie atomique voté le 24 juillet 1952 par le Parlement. Cette loi-programme prévoyait notamment la construction de deux réacteurs de type UNGG (réacteurs à uranium naturel, modérés au graphite, refroidis à l'air puis au gaz carbonique) dont la mission serait de fournir du plutonium pour les besoins civils et militaires de la France et de produire, à titre expérimental, de l'électricité d'origine nucléaire.
C'est ainsi que les trois réacteurs G1 puis G2 et G3, ont été mis en service à partir de 1956, suivis par la construction en 1958 de UP1, 1ère usine française de retraitement des combustibles irradiés. Le retraitement consistait à extraire le plutonium des combustibles irradiés en réacteur afin d'assurer les besoins de la Défense. A partir des années 1970, l'usine UP1 a également été utilisée pour retraiter les combustibles provenant d'autres réacteurs de la filière UNGG dédiés à la production d'électricité.

En 1976, la majeure partie des activités du site de Marcoule -à vocation industrielle- est passée sous la responsabilité de Cogéma, filiale du CEA. (
AREVA NC, leader industriel mondial du cycle du combustible nucléaire, est la nouvelle dénomination de Cogéma).

En mars 2006, le gouvernement a redonné au CEA, déjà exploitant des Installations Nucléaires de Base Atalante et Phénix, le statut d'exploitant nucléaire de l'INBS (Installation Nucléaire de Base classée Secrète) Marcoule, en continuité avec la décision de lui confier la maîtrise d'ouvrage des programmes "MAD-DEM-RCD" : Mise à l'Arrêt Définitif - Assainissement/DEMantèlement de l'usine UP1 (dont l'arrêt de l'exploitation est intervenu fin 1997 et le début des opérations d'assainissement et de démantèlement dans la continuité début 1998) et de ses installations périphériques - Reprise et Conditionnement des Déchets anciens). Le démantèlement de la première grande installation de retraitement des combustibles usés, effectué à environ 20 %, sera achevé à l'horizon 2040.

Le dossier de presse des 25 et 26 octobre 2006.
Le site de Marcoule, nouveau centre de recherche CEA dans le cadre d'un nucléaire responsable et durable.

CEA - Mise à jour : 25/10/2006 - Mentions Légales
© CEA 2003 - 2016 Tous droits réservés